Microfictions

by Les Petits Papiers d'Aya

Pour cette semaine de TM, nous avons été initiés à la microfiction – une fiction littéraire très brève. Je fais mon TM en anglais, d’où euh… l’anglais.
Il existe plusieurs variantes de cette discipline, notamment les six-word story dont l’exemple le plus connu est celui d’Ernest Hemingway :

For sale : baby shoes, never worn.

J’en ai écrit trois, chacune je crois dans un style un peu différent… Il est évident qu’avec ces procédés, on ne peut pas retranscrire une histoire complexe, plutôt une atmosphère, un sentiment, ou simplement intriguer. C’était intéressant. Une dynamique complètement différente. Là plus que dans un texte plus long, chaque mot doit être choisi comme il faut, chaque virgule donne un indice. J’aime ce rythme.

Ah oui. Détail. C’est pas vraiment de la microfiction, puisque j’ai choisi ici de ne raconter que des souvenirs (un peu romancés).

*

The Ripper

You turned me

into who I’ll never be.

.

A firm grip on the seat –

I kiss your sould wandering

away. You say you

rip out your paintings.

.

You turned me into one –

one of the stories you tell

to water the girls’ eyes.

.

Little do they know

you will rip their hearts out.

*

The Paper Boat

It’s boiling inside and you’re alone. You’re inflated with helium about to burst out.

She’s late and you talk to the trees. You ink your soul on their dead bodies.

She’s there and puzzled. Joins you on the rock.

‘Do you need help?’

Her fairy hands, your paper boat floats away. So does the trouble.

*

The Third of March

The clock has stopped.

In the parking lot smiles mum. ‘Are you ok?’ Would I ever be again?

Life deafens me. I’m an empty hole. I’m a fallen leaf that never hits the ground. Your dead face looks like a frog’s.

The clock hasn’t worked ever since. I guess we’ll buy watches.

Papier du 27.01.2014
© Aya.

Advertisements